visiteurs des 6 continents (>200 pays). ACCUEIL de ce site - A propos - footlog (le blog), la MLS, la K-League, l'AFC Champions League, l'U-League, les références... Mon livre : La Ligue des Oubliés. Mes autres blogs : blogules (VF) - blogules (VO) - mot-bile (VO) - Seoul Village (VO) - Citizen Came (Stats visiteurs) - StephaneMOT.com - TWITTER: @footlogbis. Recherche dans mon portail personnel :

20171208

Un petit air de 1986 (2006)

Un petit air de 1986 (20060611)

La chaleur écrasante, les poches d'eau le long de la ligne de touche, Diego Armando avec son numéro 10 et ses bouclettes... caramba, ça sent Mexico '86. Bon. Le gros ne s'agite plus que dans les tribunes et les gros (Allemagne, Angleterre et Argentine) tiennent leur rang avec plus ou moins de manière mais au final, le niveau global sera comparable à la dernière "belle" Coupe du Monde.

L'édition 2006 a vraiment commencé avec la première mi-temps d'Argentine - Côte d'Ivoire : un bel étalage de talent, des buts percutants, du jeu, du beau. Des temps morts aussi ; il faut en garder sous la semelle pour les matchs à élimination directe où tout sera possible. 

Les déceptions du jour :
- l'Angleterre a des chances d'aller au bout puisqu'elle retrouve enfin son jeu de 1966 (du kick and rush ultra classique et un grand dadais aux avant-postes).
- ce Paraguay ne ressemble à rien - ni Sud-Américain, ni Européen, et de vilains jeux de mains
- la Côte d'Ivoire a perdu mais, et ça tombe plutôt bien, l'Argentine a gagné


---

Bons points : Paul Robinson (ENG - inodore, incolore, sans saveur mais victorieux - un parfait symbole pour son équipe), Carlos Edwards (TRI - le seul à garder la tête froide et à jouer habilement la montre), Nelson Haedo-Valdez (PAR - un bourrin pathétique mais qui a le mérite d'essayer), Christian Wilhelmsson (SVE - je me suis demandé ce qu'il faisait sur la feuille de match mais j'ai vite compris - un joueur intéressant et pas seulement pour sa queue de rat), Roberto Ayala (ARG - le genre de tueurs qu'on ne met pas aussi facilement en avant qu'un Riquelme ou un Saviola, mais sans lesquels il est impossible de gagner une Coupe du Monde), Bakary Kone (CIV - a redonné un semblant de liant à la stérile ribambelle de virtuoses du père Michel - on notera que ce dernier s'est tassé tout au fil du match comme en témoigne le Giliomètre placé à ses côtés sur le banc).
 

 Arbitrage : permissif pour Franck de Bleeckere (ARG-CIV - la prime aux gagneurs de temps, et une fin de match pour le moins abrupte), sans histoire pour Marco Rodriguez (ENG-PAR), impeccable pour Shamsuf MAIDIN (TRI-SVE).
 

Mention spéciale : le soleil au zénith

footlog archives (NOUVEAU : suivez footlog sur Twitter @footlogbis)

Aucun commentaire: